Votre entreprise est-elle prête à accueillir les millennials ?

Ils apprennent différemment. Ils communiquent différemment. Ils travaillent différemment. Ce sont les millennials ! Cette nouvelle force vive bouscule déjà les codes de l’entreprise. Et il est urgent de réagir car la révolution est en marche. Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale a moins de 30 ans. Génération Z, digital natives, millennials… Ces jeunes nés au milieu des années 90 forment un nouveau groupe qui a grandi avec l’évolution des technologies d’information et de communication. Ils sont ultra-connectés, entrepreneurs, zappeurs. Leurs attentes professionnelles semblent à des années-lumières de celles de leurs aînés. A l’entreprise de repenser ses modes de fonctionnements pour leur proposer un cadre mieux adapté à leurs usages !

L’information partout, tout le temps

Les réseaux sociaux font partie intégrante du quotidien de ces jeunes adultes. Ils sont habitués à ce que l’information arrive directement à eux, au point qu’on leur reproche régulièrement d’être « fainéants ». Mais qui oserait dire qu’il ne se reconnaît pas un peu dans ces traits ?

La révolution numérique emmène tout le monde. Les quadras sont hyper-connectés. Les jeunes retraités ont une tablette. Ces nouveaux comportements sont simplement exacerbés chez les digital natives, qui n’ont connu que ça. Demain, un jeune Français aura plus de points communs avec un autre jeune à l’autre bout du monde, dans sa façon de penser, d’agir, de communiquer, de se former, qu’avec un baby-boomer près de chez lui.

Stabilité et flexibilité : le combo gagnant

On dit également que ces jeunes actifs ne veulent pas être commandés, qu’ils veulent bouleverser l’ordre établi. En tant qu’employeur, je m’aperçois que ce n’est pas tout à fait vrai. Certains d’entre eux recherchent, au contraire, une stabilité dans la vie professionnelle.

Mais stabilité doit rimer avec flexibilité ! Si 65 % des millennials plébiscitent un cadre stable avec un emploi à temps plein, ils sont autant à vouloir qu’il soit flexible. Ils considèrent cette souplesse dans l’organisation du travail comme source de bien-être, d’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.

Quête de sens

Toute son enfance, la génération Z a vu ses parents compter les jours qui les séparaient du week-end, des vacances, de la retraite. Encore plus que la génération Y qui la précède, elle veut rompre avec cette forme de passivité. Les millennials savent qu’ils vont exercer plusieurs métiers et plusieurs missions dans leur vie (13 selon l’OCDE). Chaque mission doit donc porter un sens particulier, avoir un impact.

Certains débranchent la prise et ne font plus rien ou le minimum s’ils ne trouvent pas de sens à leur mission, d’autres quittent carrément la « boîte ». La quête de sens est de plus en plus souvent associée à une notion d’engagement. Pour les entreprises, il est crucial de le comprendre.

Entrepreneurs de leur vie

On ne peut pas imposer à cette nouvelle génération de rester assise 2h devant un PowerPoint. On parle de génération « zapping » mais ces jeunes sont loin d’être passifs face aux écrans. Sur Netflix, par exemple, ils choisissent leur programme vidéo. Pour l’apprentissage des nouvelles compétences, c’est pareil : « Je choisis ce que je veux apprendre, où je veux l’apprendre, quand je veux l’apprendre. »

Les Millennials sont entrepreneurs de leur talent, de leur vie professionnelle, de leur évolution. Et, tenez-vous bien, ils représenteront 75 % des actifs en 2025 ! Des barrières vont nécessairement tomber dans le monde de l’entreprise parce que cette nouvelle génération ne saura pas et ne voudra pas fonctionner autrement.