Comment Valeo a réussi à améliorer la performance grâce à la vidéo

Découvrez comment Valeo, l'équipementier automobile, utilise la plateforme vidéo SpeachMe pour formaliser le savoir et améliorer la qualité de ses produits.

Valeo est partenaire de tous les constructeurs automobiles dans le monde. Ses 113 600 employés sont répartis dans 33 pays, entre 185 sites de productions et 55 centres R&D. Avec cette implantation multisite, un défi majeur s’est posé à l’équipementier : s’assurer que les connaissances techniques soient les mêmes partout, afin d’améliorer la qualité des produits ainsi que la performance.

Objectif : uniformiser les pratiques

Pour répondre à cet enjeu multisite, Valeo a commencé à utiliser en 2016 la plateforme de partage de connaissances SpeachMe. « Cela répondait à un besoin de formaliser le savoir des experts en R&D, c’est à dire des collaborateurs qui ont la responsabilité de développer et transmettre leur expertise technique, explique Simon Bastaert, knowledge manager chez Valeo, qui a pour mission de déployer la culture d’apprentissage de pair à pair dans l’entreprise. « La plateforme nous a permis de créer avec eux des vidéos que nous avons pu diffuser plus rapidement sur les sites ayant des besoins. »

Des tutos « back to basics »

Le déploiement de SpeachMe a permis la mise sous contrôle de certains sujets. En réponse à des problèmes identifiés sur un ou plusieurs sites, Valeo a en effet créé des tutos vidéos « Back to basics » reprenant les bons gestes techniques. Dans le cadre de ces campagnes, toute une population devait suivre un tuto donné dans un laps de temps réduit. Il y a eu un suivi, avec des relances, et dans les mois qui ont suivi, Simon Bastaert a pu observer « une embellie des indicateurs ».

Déploiement pas à pas

Pour obtenir la meilleure adhésion possible au projet, le lancement de la solution vidéo s’est effectué pas à pas. « La communauté R&D est assez éclatée dans le monde et le projet était porté au départ par quelques personnes convaincues de la démarche », retrace Simon Bastaert. Ces ambassadeurs ont poussé leurs collègues à participer, à créer du contenu, puis le déploiement s’est fait par bouche à oreille, de manière un peu tentaculaire dans l’organisation. Ils se sont aussi beaucoup appuyés sur les responsables métiers R&D pour atteindre les équipes sur les différents sites.

Certains responsables métiers ont inscrit des tutos vidéos dans les parcours d’intégration pour les nouveaux arrivants. D’autres en ont placé des pré-requis avant la participation à une session de formation en salle. Un ensemble de petits éléments qui ont permis au fur et à mesure d’inscrire SpeachMe dans le paysage et d’étendre la plateforme.

Le knowledge manager est formel : « Plus on pousse du contenu, plus ça ramène des utilisateurs, plus on peut traiter différents types de sujets. L’objectif est de démocratiser la plateforme pour monter en puissance. » Cela passe par une formalisation des process autour de la plateforme pour développer le réflexe SpeachMe.

Privilégier le contenu en anglais

Un dernier conseil ? Thibaut Menn, ingénieur et responsable d’équipe chez Valeo, recommande de réaliser les tutos vidéos en anglais ou de prévoir des sous-titres. « Dans le cas d’un Speach sur la maintenance d’une machine de métallisation, on a tourné une vidéo en anglais à laquelle on a ajouté plusieurs pistes de sous-titres, de façon à ce que les opérateurs de maintenance puissent suivre le Speach dans leur langue et reproduire les gestes techniques expliqués », illustre-t-il. Dans une logique multisite, c’est la garantie de toucher le plus grand nombre avec une seule vidéo.


Téléchargez le livre blanc